tirade


tirade

tirade [ tirad ] n. f.
• 1610; h. XVe; de tirer
1Développement continu et assez long (d'une même idée). « Des tirades d'amour conjugal » (Laclos). Développement littéraire.
2(1672) Longue suite de phrases, de vers, récitée sans interruption par un personnage de théâtre. monologue. « considérer les longues tirades de Phèdre, tout indépendamment de l'ensemble, comme des poèmes » (A. Gide). La tirade du nez, dans le « Cyrano » de Rostand. (Souvent péj.) Long développement, longue phrase emphatique. « Je vois, lui répondit sa femme en l'interrompant au milieu d'une tirade » (Balzac). Il nous a fait toute une tirade sur le bonheur. discours, fam. laïus.

tirade nom féminin (de tirer) Suite continue, ininterrompue de paroles, de phrases, plus ou moins emphatiques : Une longue tirade d'injures. Au théâtre, ce qu'un personnage récite d'un trait sans être interrompu. ● tirade (synonymes) nom féminin (de tirer) Suite continue, ininterrompue de paroles, de phrases, plus ou moins...
Synonymes :
- série
Au théâtre, ce qu'un personnage récite d'un trait sans être...
Synonymes :

tirade
n. f.
d1./d Développement assez long d'un même thème.
d2./d Au théâtre, suite de phrases, de vers qu'un acteur dit sans interruption. La tirade d'Auguste dans "Cinna". Syn. monologue.
d3./d Péjor. Longue phrase pompeuse.

⇒TIRADE, subst. fém.
A. — 1. Vx. Action de tirer (quelqu'un ou quelque chose) d'un mouvement continu durant un certain temps. Les chevaux ayant été attelés, les tirades [pour l'écartèlement] commencèrent (BALZAC, Œuvres div., t. 1, 1830, p. 565). À chaque tirade des chevaux, les flancs du misérable [Ravaillac] donnaient rudement contre les pieux; à chaque coup une côte se rompait (THARAUD, Trag. de Ravaillac, 1913, p. 255).
2. Spécialement
a) MUS. Ensemble de ,,notes de passage diatoniques exécutées entre deux notes disjointes d'une mélodie`` (Mus. 1976). Une tirade brillante (Ac. 1798-1878).
b) SPORTS. ,,Effort brusque de traction (en lutte, en gymnastique, athlétisme)`` (PETIOT 1982). Anton. répulsion. On (...) désigne une tirade, portée debout, par l'expression tiré-court (Comment parlent sportifs ds Vie Lang. 1954, p. 373).
B. — 1. Morceau de prose ou de vers constituant le développement, continu et d'une certaine longueur, d'un sujet concernant une même idée, un même fait; développement littéraire. Tirade inspirée, lyrique, poétique. Avez-vous présente par hasard la tirade vigoureuse et quelquefois un peu dégoûtante de Sénèque sur les maladies de son siècle? (J. DE MAISTRE, Soirées St-Pétersb., t. 1, 1821, p. 50). Analyse une belle tirade de vers et une autre de prose, tu verras laquelle est la plus pleine (FLAUB., Corresp., 1853, p. 361).
Fam., vx. Une tirade d'injures. ,,Beaucoup d'injures dites de suite`` (Ac. 1835-1878). Synon. bordée d'injures.
2. Péjoratif
a) Phrase, développement emphatique, pompeux; couplet déclamatoire. Ma grand'mère lui reprochait seulement de parler un peu trop bien, un peu trop comme un livre, (...) elle s'étonnait aussi des tirades enflammées qu'il entamait souvent contre l'aristocratie, la vie mondaine, le snobisme (PROUST, Swann, 1913, p. 68).
b) Développement de lieux communs n'ayant qu'un rapport éloigné avec le sujet traité. Maître Quantin faisait une tirade sur les jeunes hommes qui ont des parents, des mères, des sœurs, et qui chassent sans pitié les petits des animaux (CHAMPFL., Bourgeois Molinch., 1855, p. 201).
3. THÉÂTRE. Longue suite de phrases ou de vers débitée par un personnage sans qu'il soit interrompu par un de ses interlocuteurs. Quand l'action de la pièce le permettait, des regards s'échangeaient entre la loge et le théâtre. Léandre (...) savait diriger sa voix et lancer une tirade amoureuse de façon qu'une personne de la salle pouvait croire qu'il la disait pour elle seule (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 235). [Selon Sainte-Beuve] les personnages [de la Lucrèce de Ponsard] parlent trop longuement, en tirades (A. DAUDET, Crit. dram., 1897, p. 293).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 2e moit. du XVe s. tirade « action de forlonger (des chiens) » (Epitaphe du bon Relay, p. 40 ds TILANDER, Glanures lexicographiques, hapax); 1552 d'une tirade « tout d'un trait, sans s'arrêter » (RONSARD, Amours, LXXXVI, 1 ds Œuvres, éd. P. Laumonier, t. 4, p. 86); 1578 [éd.] « vol » (DU BARTAS, 1re Sem., 6e J., p. 191); b) ca 1610 « développement de lieux communs sans rapport marqué avec le sujet » (FLORIMONT DE RAEMOND, Naissance de l'hérésie, p. 1010 ds GDF. Compl.); 1672 « morceau d'un ouvrage en prose et qui est le développement d'une même idée » (SÉVIGNÉ, Lettre à Mme de Grignan du 22 janv. ds Corresp., éd. R. Duchêne, t. 1, p. 420); 1672 « ce qu'un personnage débite au théâtre sans être interrompu » (ID., Lettre à Mme de Grignan du 16 mars, ibid., p. 459); c) 1644 « longueur et difficulté d'une affaire » (GUEZ DE BALZAC, Lettres inédites, LXIII, éd. Ph. Tamizey De Larroque, p. 584); 2. 1571 [éd.] « action de tirer » (LA PORTE, Epithètes, p. 263); 1582 « écartèlement par des chevaux » (Journal de L'Estoile pour le règne de Henri III, éd. L.-R. Lefèvre, p. 303). Dér. de tirer; suff. -ade. Cf. au sens de « portée d'un arc » l'a. prov. tirada att. vers 1290 (RAYN.). Fréq. abs. littér.:325. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 363, b) 762; XXe s.: a) 593, b) 306. Bbg. BALDINGER (K.). Z. rom. Philol. 1982, t. 98, p. 213-216.

tirade [tiʀad] n. f.
ÉTYM. 1610; attestation isolée XVe, surtout dans la loc. (tout) d'une tirade « d'un trait », encore in Saint-Simon; de tirer.
———
I
1 Développement continu (et assez long) d'une même idée. || Des tirades d'amour conjugal (→ Indigeste, cit. 4).Développement littéraire. || Les tirades d'une chanson de geste. Laisse (II.).Péj. Enfilade de lieux communs, hors du sujet. Tartine (I., 2.).
2 (1672). Théâtre. Longue suite de phrases, de vers, débitée sans interruption. Monologue, réplique. || Débiter, nuancer une tirade (→ Minime, cit. 2). || Tirade lyrique, poétique. Couplet (II., 2.). || La tirade du nez, dans le Cyrano de Rostand.
1 L'on a coutume d'admirer surtout, dans cette tragédie, la beauté des vers et de considérer les longues tirades de Phèdre, tout indépendamment de l'ensemble, comme des poèmes que l'on pourrait, sans qu'ils y perdent beaucoup, détacher de la pièce et transporter dans une anthologie ou réciter séparément.
Gide, Attendu que…, p. 185.
Par anal. (souvent péj.). Longue phrase emphatique. || Interrompre (cit. 10) qqn au milieu d'une tirade.
2 (…) il voulait voir s'il n'était pas capable de grandes choses. La tirade qu'il déclama à ce propos cachait simplement une féroce envie de reprendre son ancienne vie d'atelier.
Zola, Thérèse Raquin, XXV.
———
II
1 (XVIe). Vx. Mouvement par lequel on tire (Saint-Foix, Voltaire, in Littré).
2 (1903). Sports. (Lutte). || Tirade de bras : action de déséquilibrer (un adversaire) en le tirant par un bras.Gymnastique. || « La rotation du corps sera assurée par l'action de tirade-répulsion des membres supérieurs sur les anneaux. Le fouetté avant est solidaire d'une tirade des bras favorisant l'élévation de la poitrine » (Piard, Agrès masculins, Amphora, 1968, in Petiot).REM. En gymnastique, le mot est en concurrence avec tiré.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Tirade — Sf Wortschwall per. Wortschatz fremd. Erkennbar fremd (18. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. tirade, dieses aus it. tirata, Abstraktum zu it. tirare ziehen , aus früh rom. * tirare. So benannt als langgezogenes Reden .    Ebenso nndl. tirade, ne …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • tirade — Tirade. s. f. Suite de discours. Il y a de belles tirades dans ce panegirique. il nous a dit une belle tirade de son poëme. il ne luy respondit que par une tirade d injures, par une tirade de sottises. On dit adv. Tout d une tirade, pour dire,… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • tirade — tirade, *diatribe, jeremiad, philippic can all mean a violent, often long winded, and usually denunciatory speech or writing. Tirade implies a swift emission of heated language, sometimes critical, sometimes abusive, but usually long continued… …   New Dictionary of Synonyms

  • Tirade — Ti*rade , n. [F., fr. It. tirada, properly, a pulling; hence, a lengthening out, a long speech, a tirade, fr. tirare to draw; of Teutonic origin, and akin to E. tear to redn. See {Tear} to rend, and cf. {Tire} to tear.] A declamatory strain or… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Tirade — (v. ital. Tirada), 1) lange Reihe von Worten, Wortschwall, rednerische Ausschmückung, welche die Rede ohne Noth sehr verlängert; 2) Spiel u. Verzierungsmanier, welche aus mehren neben einander stehenden, geschwinden Noten bestehen, welche den… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • tirade — (n.) 1801, a volley of words, from Fr. tirade speech, volley, shot, continuation, drawing out (16c.), from tirer draw out, endure, suffer, or the Fr. word is perhaps from cognate It. tirata a volley, from pp. of tirare to draw. The whole Romanic… …   Etymology dictionary

  • tirade — Tirade, Ronsard. Amour archer d une tirade rompt cent traicts sur moy …   Thresor de la langue françoyse

  • Tirade — (franz.), ein deklamationsartiger Worterguß, weitschweifiger Wortschwall, von den Franzosen auch im Sinne des alten Laisse (s. d.) gebraucht; in der Musik eine Gesangsverzierung, Läuferpassage …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Tirade — Tirāde (frz.), lang ausgedehnte, schwülstige Wortreihe, Wortschwall; in der Musik s.v.w. Passage …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Tirade — Tirade, ital. deutsch, Reihe von auf und absteigenden Tönen, die der Sänger zur Verzierung anbringt; in der Redekunst die unnöthige, weitschweifige Ausführung eines Gedankens …   Herders Conversations-Lexikon